Iles Féroé

PREMIER JOUR AUX ILES FÉROÉ

Le 21 janvier 2017

 

 

 

 

Je ne vais pas te le cacher plus longtemps, j’avais le coeur gros lorsque je débarquais sur le sol féroïen en provenance de Reykjavik ce mois de janvier 2017. Je ne venais pas de Paris, linge plié dans un sac bien rangé non, je venais d’affronter 10 jours durant les Westfjords islandais.

Cela faisait longtemps que je m’étais fait cette promesse.

10 jours de solitude à arpenter les fjords, les tempêtes de neige et les routes bloquées, la nuit qui tombe à 15 heures et des paysages qui vous laissent en lambeaux.

Le déclencheur fut l’amour d’une fille que j’avais croisé l’été 2016, un « amour de vacances » dans les Westfjords. Cela n’est pas commun vous me direz, de rencontrer quelqu’un dans ces contrées. Le magnétisme, la magie de l’endroit avait du nous troubler. Las, l’histoire n’a pas duré mais j’ai voulu revenir, marcher dans nos pas pour revivre sur le 66e parallèle ces instants partagés.

Mal m’en a pris : mélanger tempête et cœur blessé ne fut pas la meilleure de mes idées. Vous découvrirez bientôt ce voyage qui, s’il fut éprouvant, m’a permis de tenir ma promesse : découvrir les Westfjords en janvier.

Et puis vint le temps de changer. Prendre l’air. Découvrir une nouvelle terre. Une cousine, une sœur de l’Islande : les îles Féroé.

La décision fut prise quelques semaines auparavant suite au soutien de l’équipe de Visit Faroe Islands.

Cela va te surprendre mais je n’avais rien préparé, rien lu, rien vu sur les Iles Féroé. Je voulais me sentir comme un naufragé, débarquant là sans rien connaître, faisant ainsi de chaque route, chaque chemin, un trésor de découverte.

Cette aventure durera 18 jours. Voici le récit de ma première journée.

 

Première lueurs sur Tórshavn, capitale des Iles Féroé
  • 8:00
  • f/2.8
  • 1/25
  • 50 mm
  • 6400
  • R Canon 5DSR
  • Première lueurs sur Tórshavn (1)
[]
1 Step 1
Comments
0 /
Name
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

Je séjournais à l’Hôtel Foroyar. Tout le monde le connaît. C’est LE grand hôtel des Féroé. On y célèbre les mariages, les grands évènements, on y reçoit les présidents (Bill Clinton a laissé son nom à une suite). Nichées dans le sol et surplombant la ville, les chambres donnent toutes sur la baie. Chaque matin c’est un miracle de couleurs, de lumières et de reflets.

 

Lever du jour sur le port de Tórshavn
  • 8:42
  • f/4.5
  • 1/160
  • 100 mm
  • 500
[]
1 Step 1
Comments
0 /
Name
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

D’ici on aperçoit le port. J’aime les villes qui ont un port. Je me suis souvent dit que c’est un parfum qui manque à Paris.

 

Kaldbaksfjørður au lever du jour
  • 9:42
  • f/4.5
  • 1/100
  • 41mm
  • 100
[]
1 Step 1
Comments
0 /
Name
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

Qu’allais-je faire de cette journée ? Je n’ai écouté que mon désir, celui de tourner à gauche en sortant de l’hôtel et prendre la 50, cette ancienne route souvent plongée dans le brouillard qui parcourt l’épine dorsale de Streymoy. C’est une des plus belles routes des Féroé, pourquoi résister ?

 

La lumière remplie le fjord Kollafjørður
  • 9:51
  • f/4.5
  • 1/320
  • 100 mm
  • 800
  • R Canon 5DSR
  • Rivière de lumière dans le Kollafjørður (4)
[]
1 Step 1
Comments
0 /
Name
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

Qu’on ne s’y trompe pas. La lumière ne se répend pas comme un liquide. Elle est solide, compacte, c’est un serpent de photons qui se glisse lentement dans les creux du Kollafjørður.

 

Montagne du Landmannalaugar en Islande
  • 10:14
  • f/5.6
  • 1/800
  • 248 mm
  • 250
[]
1 Step 1
Comments
0 /
Name
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

Passé le long tunnel me voici sur Vágar. Depuis Sandavágur on aperçoit d’autres îles dont je ne connais pas encore le nom. J’observe le spectacle. La lumière est basse, puissante et fragile à la fois.

 

Randonnée sur les rives du Sørvágsvatn
  • 10:50
  • f/5
  • 1/500
  • 135 mm
  • 200
  • R Canon 5DSR
  • Les rives du Sørvágsvatn (6)
[]
1 Step 1
Comments
0 /
Name
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

Je me dirige vers LE LAC. Sur tous les plans il sème le trouble. Pour commencer il a deux noms : Sørvágsvatn ou Leitisvatn, c’est selon. Les féroiens l’apellent « Le lac », cela résout ainsi la question.
Trouble visuel ensuite car ce lac semble suspendu au dessus des flots comme les jardins sur Babylone. Je passe ma première heure à longer ses eaux calme. Le contraste avec l’océan au loin est frappant.

 

Lumière sur Trælanípa, la falaise aux esclaves
  • 11:21
  • f/6.3
  • 1/160
  • 24 mm
  • 100
  • R Canon 5DSR
  • Lumière sur Trælanípa, la falaise aux esclaves (7)
[]
1 Step 1
Comments
0 /
Name
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

Arrivé sur les falaises Trælanípa je prends la mesure des éléments qui me font face. Ici tout n’est qu’angle droit. Horizontale et verticales forment le paysage. La nature joue les Mondrian.

 

  • 11:45
  • f/8
  • 1/125
  • 17 mm
  • 200
[]
1 Step 1
Comments
0 /
Name
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

Je m’aventure sur les sommets. J’atteins le point de vue tant espéré. D’ici on s’offre l’impensable, les éléments se jouent de la réalité. Je m’aventure tout près du bord. Le vent souffle si fort, 200 mètres plus bas l’océan est déchainé. D’une main tremblante je tiens le boitier, de l’autre j’agrippe le rocher.

 

Vue sur le lac Sørvágsvatn et Geituskorardrangur
  • 12:23
  • f/7.1
  • 1/80
  • 35
  • 160
[]
1 Step 1
Comments
0 /
Name
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

Plus bas j‘aperçois la chute Bøsdalafossur, cordon ombilical qui relie les eaux claires et les eaux salées. Juste derrière les Geituskorardrangur, canines de basaltes de la côte sud de Vágar. Là-bas tout au fond l’île de Mykines qui me fait tant rêver.

 

Balade sur les falaises de Ritubergsnøva
  • 12:35
  • f/6.3
  • 1/400
  • 35 mm
  • 100
  • R Canon 5DSR
  • Les falaises de Ritubergsnøva (10)
[]
1 Step 1
Comments
0 /
Name
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

Je voudrais rester ici, en profiter, mais j’ai un autre projet pour la journée. Il est 12h30, j’ai une heure pour rejoindre la voiture… cela nous donne 13h30 ? ok. Le soleil se couche à 15h58 précises. Cela me laisse 3 heures pour accomplir mon idée.

 

Trøllkonufingur et une petite maison à côté qui montre sa taille gigantesque
  • 13:20
  • f/5
  • 1/640
  • 182 mm
  • 250
[]
1 Step 1
Comments
0 /
Name
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

J’ai pressé le pas et ce petit quart d’heure d’avance me permet de tenter d’approcher le doigt de tröll, le «Trøllkonufingur». Il est aussi haut que la tour Eiffel (313 m) pourtant je ne sais comment l’atteindre, il se dérobe à chacun de mes pas. Je marche à travers une lande gorgée d’eau, sautant les clôtures, m’extirpant des buissons, en quête d’un point de vue qui lui rende toute sa majesté.

 

Le village de Bøur et son église
  • 14:06
  • f/4.5
  • 1/320
  • 24 mm
  • 100
[]
1 Step 1
Comments
0 /
Name
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

J’ai retrouvé la voiture. Il est temps de faire route vers l’ouest, il est déjà 14h passé. Je m’arrête à Bøur, hypnotisé. C’est le plus beau village que je n’ai jamais croisé.

 

  • 14:28
  • f/4
  • 1/125
  • 45 mm
  • 100
[]
1 Step 1
Comments
0 /
Name
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

Je passe cette rivière puis gare ma voiture au bout d’un chemin. Là je prends mes deux boitiers (5DSR + 24-70 f2,8 II, 5DSR + 100-400 f4.5-5.6 II) autour de mon cou et m’apprête à grimper la montagne Heinanøva qui culmine à 612 mètres.
Quel est mon but ? Eviter le tunnel et rejoindre Gásadalur à pied, par la montagne. Mais pourquoi ?…

 

Vue sur le fjord Sørvágsfjørður
  • 14:42
  • f/4
  • 1/100
  • 26 mm
  • 100
  • R Canon 5DSR
  • Vue sur le fjord de Sørvágur (14)