Panier (0) Fermer

Votre panier est vide.

Home Multi-récit ISLANDE 2016 † HORNSTRANDIR 1

ISLANDE 2016 † HORNSTRANDIR 1

Lorem Ipsum is simply dummy text of the printing and typesetting industry. Lorem Ipsum has been the industry’s standard dummy text ever since the 1500s, when an unknown printer took a galley of type and scrambled it to make a type specimen book.

« Fantasmagorique Hornstrandir« 

Premier jour 1/5

[ip_exifs_txt vendre= »oui » produit= »27733″ titre= »Islande, Route 61″ couleur= »white »  heure= »15:40″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/3.2″ pause= »1/640″ angle= »45 mm » iso= »100″][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

C’est après une nuit trop courte (2 heures) que je me suis lancé vers le nord. Mille pensées traversent mon esprit pendant les 7 heures de trajet. Il est 15h40 quand je longe les immenses fjords de la route 61 entre Holmavik et Isafjordur. Je touche au but.

J’arrive à 16h00 à l’Edda Hotel, je suis dans un état de fatigue rarement vécu. J’aurai pourtant du mal à trouver le sommeil, encore animé par l’adrénaline de la nuit précédente et le stress de quitter tout contact avec le monde dans quelques heures. N’ai-je rien oublié ? J’ai l’impression d’être à la veille d’un départ sur la lune et je lutte pour trouver le sommeil. Je ne dors que 4 heures.
[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= »non » produit= »27735″ titre= »La bateau de West Tours » couleur= »white » heure= »8:44″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/2.8″ pause= »1/125″ angle= »24 mm » iso= »500″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Réveil à 6h00, je vérifie une dernière fois mes affaires avant de rejoindre le port d’ Isafjordur. Je me gare avec précaution car ma voiture restera seule plusieurs jours. Je rejoins quelques passagers qui sont déjà là, sac vissé sur le dos. Bientôt un grand gaillard de West Tours, bandana sur la tête façon pirate, nous invite à embarquer à bord du BLIKI 2609

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= »27759″ titre= »Le Boréal dans le port d’Isafjördur » couleur= »white »  heure= »08:59″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/5.6″ pause= »1/160″ angle= »44 mm » iso= »125″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Le petit bateau est couvert d’un toit mais il y a quelques places en extérieur sur le pont arrière et je m’installe sur la banquette, trop heureux de pouvoir y respirer un air pur et capter des images durant la traversée. On aperçoit d’ici le Boréal, un des luxueux paquebot des croisières PONANT spécialisées dans les expéditions polaires.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= »27737″ titre= »À bord du BLIKI 2609″ couleur= »white » heure= »09:01″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »F/3.2″ pause= »1/80″ angle= »24 mm » iso= »640″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Il y a une vingtaine de places à l’intérieur du bateau. Notre ami de West Tours nous explique le trajet et propose des bonbons anti mal-de-mer (un placebo je le crains). Je vais vite comprendre pourquoi…

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= »27731″ titre= »Bakkahima » couleur= »white » heure= »10h35″ appareil= »5DSR+70-200″ diaphragme= »f/5.6″ pause= »1/80″ angle= »97 mm » iso= »400″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Les premières minutes sont un pur bonheur. Le temps est couvert mais il ne pleut pas. Je suis assis, un boitier autour du cou l’autre posé sur mes genoux. Le 70-200 me permet de capter des détails, le 17-40 l’étendue du paysage qui s’offre à mon regard.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Hnifsdalur » couleur= »white » heure= »11:01″ appareil= »5DSR+70-200″ diaphragme= »f/7.1″ pause= »1/1600″ angle= »85 mm » iso= »400″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Une montagne pyramide comme il y en a tant en Islande ou aux Iles Féroé. Nous croisons quelques oiseaux tranquilles, la mer est d’huile.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Oshyrna » couleur= »white » heure= »09:24″ appareil= »5DSR+70-200″ diaphragme= »f/7.1″ pause= »1/1600″ angle= »135 mm » iso= »640″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

À peine partis les reliefs sont déjà impressionnants. C’est aussi ça que je vais chercher dans le Hornstrandir : des montagnes et des falaises.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Ciel zébré dans l’Ísafjarðardjúp » couleur= »white » heure= »09:38″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/6.3″ pause= »1/1000″ angle= »59 mm » iso= »125″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Je capte cette image d’un ciel zébré au grand angle mais je perds peu à peu mes moyens. Les creux se forment, la coque du bateau frappe le mur des flots de plus en plus fort. Le café au lait que j’ai bu 3 heures plus tôt me fait 1000 reproches.

Je suis paralysé sur ma banquette, incapable de dire un mot, je me concentre de toutes mes forces pour ne pas lâcher mes appareils mais le bateau bouge dans tous les sens, des paquets de mer passent par dessus le toit et viennent nous innonder. Mais quelle idée j’ai eu de m’installer derrière !

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Colonne de basalte à l’orée d’Hornvik » couleur= »white » heure= »11:07″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/8″ pause= »1/1600″ angle= »24″ iso= »800″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Heureusement, après 2h10 de calvaire (long !), le moteur du bateau ralenti son régime, nous passons tout près de cette colonne rocheuse.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Sombre océan » couleur= »white » heure= »11:09″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/8″ pause= »1/1600″ angle= »27 mm » iso= »2000″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Nous entrons enfin dans le fjord que j’espérais tant : Hornvik. Le paysage est irréel, très sauvage.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Dentelle d’eau » couleur= »white » heure= »14:10″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/5.6″ pause= »1/1000″ angle= »35 mm » iso= »1250″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Des parois rocheuses aux formes étranges, de fines cascades…

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Hornvik » couleur= »white » heure= »11:10″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/4.5″ pause= »1/40″ angle= »28 mm » iso= »100″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

… des falaises et des cris d’oiseau nous accueillent.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Macareux dans le ciel d’Hornvik » couleur= »white » heure= »11:10″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/5.6″ pause= »1/1000″ angle= »42 mm » iso= »100″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Un macareux survole la baie. Ils sont plutôt rares ici, il faut en profiter.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Cabine de pilotage du Bliki 2609″ couleur= »white » heure= »11:34″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/5.6″ pause= »1/160″ angle= »24 mm » iso= »200″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Ca y est, le commandant stoppe notre embarcation au milieu du fjord. A l’arrière on met le petit zodiac à l’eau, il fait des aller-retours pour déposer les passagers à terre.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Débarquement du dernier passager, moi » couleur= »white » heure= »11:48″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/7.1″ pause= »1/200″ angle= »24 mm » iso= »100″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

11h48. Je suis le dernier débarqué. Vous apercevez mon gros duffle bag The North Face de 130 litres. J’ai aussi mon sac photo, environ 30 kilos à porter en tout.

INSTALLATION PARTIE 1


Il est midi. La fatigue qui m’accompagne depuis maintenant 48 heures amplifiée par ces 3 heures de trajet sur une mer agitée me laisse hébété sur les galets. Je me retrouve seul au milieu de nulle part. Il y a ces deux maisons posées là et c’est tout. Tous les autre passagers se sont volatilisés.

Je sais qu’un emplacement de camping se trouve à environ un kilomètre de là en longeant le sentier côtier. Mais je ne peux pas porter tout mon matériel. Je prends donc mon Duffle bag sur le dos, laisse mon sac photo seul adossé à la cabane, et pars en quête de cette zone.

Le sentier est boueux, gorgé d’eau, limite praticable, et comme je suis très chargé je m’enfonce jusqu’à mi-cheville et manque de tomber plusieurs fois. Après 20 minutes de calvaire j’aperçois quelques tentes et me dis enfin, je vais pouvoir me reposer.

Je repars 20 minutes dans l’autre sens chercher mon sac photo et reviens. Je jette mes dernières forces dans la mise en place de ma tente. Je vide mon sac, installe toutes mes affaires pour être tranquille ces 5 prochains jours.

L’installation me prend 3 heures. Il est déjà 15h. Même si le temps est misérable et qu’on n’y voit pas à 20 mètres, même si mes jambes me portent à peine je décide de partir gravir la montagne en quête de lac supérieur, le Miðdalsvatn, que j’attends de voir depuis des mois. Après tout je ne suis ici que pour 5 jours, demain plus que 4, il ne faut pas en perdre une goutte.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Les deux maison de Hörn » couleur= »white » heure= »15:13″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/5″ pause= »1/250″ angle= »24 mm » iso= »250″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Ca grimpe sévère et je parviens vite à un beau point de vue. La brume envahit le fjord mais j’ai une vision assez précise de sa forme et de mon nouvel univers. En bas j’aperçois les deux maisons et plus à gauche (on ne la voit pas sur la photo) ma tente.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Fleurs du Hornstrandir » couleur= »white » heure= »15:19″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »F/5″ pause= »1/500″ angle= »70 mm » iso= »1600″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Tous mes sens sont en éveil, et malgré la fatigue mon cœur est rempli d’émotion de découvrir ce nouveau monde.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Miðdalsvatn » couleur= »white » heure= »15:42″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/4.5″ pause= »1/250″ angle= »30 mm » iso= »200″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Trois-quart d’heure plus tard j’atteins le lac. Mirage d’un monde qui vient de naitre et dont jamais l’homme n’est venu dissiper la quiétude.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Oiseaux sur le Miðdalsvatn » couleur= »white » heure= »15:43″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/4.5″ pause= »1/500″ angle= »70 mm » iso= »500″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Je passe un long moment sans bouger à observer le spectacle. Parfois les oiseaux s’envolent pour faire le tour du lac puis reviennent se poser comme un nuage pointilliste. La brume ôte toute limite à l’univers qui m’entoure. J’ai l’impression d’être dans un rêve.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Miðdalsvatn » couleur= »white » heure= »15:52″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/4.5″ pause= »1/320″ angle= »31 mm » iso= »320″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Je longe le lac et ses méandres, émerveillé.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Renards Arctiques » couleur= »white » heure= »17h25″ appareil= »5DSR+100-400″ diaphragme= »f/5.6″ pause= »1/1250″ angle= »371 mm » iso= »6400″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

Il est 17h quand je me décide à redescendre car le ciel s’assombrit. Chacun de mes pas est une souffrance quand soudain… je tombe nez à nez avec cette famille de renards arctiques. Il me semble que c’est une mère renarde avec ses petits. C’est la première fois que j’en vois et je reste sans voix.

Ils s’arrêtent et m’observent quelques instants. Par chance j’ai mon 100-400 autour du cou, à peine le temps de déclencher un peu tremblant, 3, 4 photos et ils sont déjà repartis.

Ma fatigue a laissé place à un large sourire intérieur. Cette vision m’a réchauffé le cœur.

INSTALLATION PARTIE 2


Je rejoins ma tente, exténué, enlève mes chaussures et mon pantalon avec difficulté.
J’ai mal partout, je suis affamé, trempé, frigorifié.
Il est à peine 18h mais je me glisse dans mon duvet avec l’envie de dormir pendant 20 heures. Là, une fois installé, alors que je commence à peine à me réchauffer, j’entends des pas s’approcher de ma tente :
«Vous ne pouvez pas rester ici, c’est un terrain privé, vous n’avez pas le droit de rester ici.»
Je suis sidéré, j’ouvre le zip avec peine et une femme me répète que je dois partir immédiatement.
La raison ? je me suis installé sur la zone de campement de Arctic Fox Center qui accueille quelques bénévoles en été. Mais cette zone leur est strictement réservée.
J’essaie de négocier, lui explique je suis très fatigué mais elle ne veut rien entendre : je dois partir sans attendre.
Imaginez alors remballer toutes mes affaires, replier ma tente et repartir vers l’inconnu. Je ne sais toujours pas, encore aujourd’hui, où j’ai trouvé cette force.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Campement de Höfn » couleur= »white » heure= »18:27″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/3.5″ pause= »1/250″ angle= »25 mm » iso= »200″ ][/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

500 mètres plus loin j’aperçois enfin la zone. J’y trouve deux tentes près d’un ruisseau. Je décide de m’installer derrière ce talus, en première ligne mais à l’abri du vent.

[/ip_width_txt]

[ip_exifs_txt vendre= » » produit= » » titre= »Vue depuis ma tente » couleur= »white » heure= »19:02″ appareil= »5DSR+24-70″ diaphragme= »f/2.8″ pause= »1/250″ angle= »24 mm » iso= »320″ ]
[/ip_exifs_txt]

[ip_width_txt]

C’est reparti pour mon installation. J’ai l’impression que cette journée dure un an. Je termine vers 18h30. Alors que je me fais chauffer de l’eau pour une soupe je reconnais deux jeunes hommes qui étaient sur le bateau. Ils me font signe et m’invitent à les rejoindre dans leur petite tente.

Ils sont israëliens. Nous partageons leurs pates Bolognaise (à moitié renversées sur un de leurs duvets !) en échangeant sur les raisons qui nous ont mené jusqu’ici, un moment très chaleureux qui me fait beaucoup de bien.

Je rejoins ma tente vers 21h et m’effondre de sommeil.

[/ip_width_txt]

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *