Journal d'un voyage de 4 semaines dans le southwest USA

Jeudi 7 août 2008

Réveil 7h00.

Nous nous réveillons dans cette chambre immense mais un peu miteuse de ce motel (ARIZONAN MOTEL). Nous l'avons choisi uniquement car il était loin de la gare... et effectivement le choix fut judicieux. J'ai entendu siffler les trains de marchandises dans mon sommeil, et il est ici roi, traversant la ville dans un vacarme assourdissant, toute sirène hurlante. D'ailleurs, les trains sont comme tout ici : virils, trapus, sans fin et les wagons de marchandises transportent 2 containers l'un sur l'autre, autant dire qu'ils sont imposants. Je passerai bien du temps à les prendre en photo. Une autre fois !

Nous sommes allés boire un café à l'inévitable Starbucks du coin. Ayant fait le deuil d'un bon café noir (un espresso n'en parlons pas), je me suis mis dans la peau d'un Américain, et commandé comme Emilie un "Cafe Latte" qui s'avèrera dorénavant ma boisson du matin (quand nous croisons un Starbucks). Un jeune homme habitant FLAGSTAFF très sympa nous invite à partager sa table et nous avons discuté quelques minutes, nous lui exposant notre futur parcours, lui nous expliquant son expérience passée d'un séjour à moto en Europe.

Il nous a conseillé de faire "ANGEL'S LANDING", une randonnée à ZION NP. Nous en reparlerons plus tard.

Comme tous les matins nous sommes allés remplir la glaciaire de pain de mie, de jambon, quelques cookies, de plusieurs litres d'eau et de l'indispensable sac de glace. Il coûte entre 1,5 $ et 2,5 $, jusqu'à 3 $ (!) dans les lieux les plus chers. Bien sur, je veille à avoir toujours quelques bières au frais. J'en boirai finalement très peu. Les provisions faites nous reprenons la route. Direction... GRAND CANYON NP.

La nature est infiniment belle. Cela va sans dire mais je le dis quand même. Je crois que cela se voit sur les photos.

Nous croiserons évidemment beaucoup de bikers. Comment pourrait-il en être autrement ? La route ici est si spectaculaire, l'espace est si grand. Celui-ci nous fera un signe juste après la photo. Il était solitaire, mais ils se retrouvent souvent en meute sur les parkings des parcs nationaux. Inutile de dire que les gars sont assez virils. On voit aussi des couples, parfois septuagénaires sur des Harley rutilantes, tractant souvent une petite remorque. Les "vieux" américains s'autorisent - quand ils le peuvent - une vieillesse bien plus enviable que les "seniors" et autres "cartes vermeil" de notre vieux continent...

GRAND CANYON NATIONAL PARK (est. 1919)

Works Progress Administration (WPA) Original poster. Artist unknown. 1939.

Nous voici donc devant l'entrée de GRAND CANYON NP. C'est un parc immense (5 000 km2 !), pour vous donner une idée l'entrée ressemble à un péage d'autoroute... Nous devons nous organiser pour faire les nombreux points de vue. Nous avions prévu de faire une randonnée qui nous permette de descendre un peu dans le grand canyon, mais... nous n'aurons pas le temps ! Nous achetons l'annual pass 80$ qui nous permettra de rentrer dans tout les parcs nationaux pendant un an. Dessus il y a une photo de MOEBIUS ARCH, qui sait, peut-être la verrons-nous ?

A peine arrivé je tombe... sur ce train en plein milieu du parc ! Un vrai train à vapeur qui s'apprête au départ toute sirène hurlante. Je n'en avais jamais vu en vrai. C'est une machine extraordinaire.

J'ai même eu droit à un signe du mécanicien. Et ce n'était pas du cinéma, c'était un vrai train à vapeur, et il est vraiment parti !

Voici donc le GRAND CANYON.

Le Grand Canyon a été sculpté par la force du Colorado qui prend sa source dans les Montagnes Rocheuses et se jette dans le Golfe de Californie (au Mexique) après avoir parcouru 2 333 km. Ses dimensions sont gigantesques : il s'étend sur environ 450 km de long entre le lac Powell et le lac Mead. Sa profondeur moyenne est de 1 300 mètres avec un maximum de plus de 2 000 mètres. Sa largeur varie de 5,5 km à 30 km (source wikipedia).

Les photos ne peuvent transcrire la réalité tant elle est impressionnante. Peut-être dois-je ajouter qu'il règne un silence absolu dans cette immensité. Pas de vent, pas de cris d'oiseaux, juste le silence qui accentue l'impression de vide et la majesté du lieu.

Nous parcourons les différents points de vue le long du SOUTH RIM (falaise sud). Peu à peu le ciel se couvre, le vent se réveille et un violent orage éclate.

Puis le ciel se dégage à nouveau.

Nous sommes à DESERT VIEW POINT. L'endroit est très impressionnant. Un sentier qui chemine à travers les rochers nous mène au bord de la falaise. De là on peut contempler ceci :

Le COLORADO ! C'est lui l'artiste, le responsable de cette oeuvre magistrale. Le temps y est aussi pour quelques chose, des millions d'années à peaufiner la sculpture.

Quel mot pour décrire celà ? Je ne trouve pas. En tout cas si Dieu existe, il est capable du meilleur.

//

Le soleil décline peu à peu.

Je suis étonné par la liberté que nous avons de prendre tous les risques. L'endroit est quand même extrêmement dangereux. Vous voyez sur cette image (ci-dessous sur la gauche) quelques personnes peu sujettes au vertige. Nous en verrons certaines assister au coucher de soleil sur un piton rocheux au bord du vide, accessible par un passage large comme une poutre ! Et ce n'est pas tout : ils en sont revenus dans le noir, une fois le soleil couché...

Voici un gros plan sur le Colorado qui serpente. Vous apercevez le plateau derrière. Il est difficile de faire de bonnes photos car l'air est chargé de particules qui forment un voile atmosphérique.

Allez, encore quelques images, pour le plaisir.

J'ai choisi cet endroit pour contempler le coucher de soleil. C'est un moment unique, tout est calme, on a l'impression d'appartenir à l'immensité, à la nuit des temps, c'est difficile à décrire en mots ou en images. Imaginez cela dans un grand silence.

La nuit est très vite tombée, il est encore tôt, 20h00 environ. Le vent se met à souffler et la température baisse. Nous regagnons la voiture pour trouver notre emplacement au camping, le MATHER CAMPGROUND. La nuit sera courte, nous devons nous lever à 4h30 pour voir le SUNRISE.

Laissez-moi vous expliquer combien c'est sportif : Tout d'abord nous devons trouver notre emplacement, dans le noir complet. Ensuite nous devons faire et manger nos sandwiches à la seule lumière de nos frontales, puis faire passer tous nos sacs sur les sièges avants pour installer nos sacs de couchage à l'arrière (ça n'a l'air de rien mais c'est pas si évident). En ce qui me concerne je dois vider mes photos sur un disque dur, en passant par mon ordinateur, tout en rechargeant les divers chargeurs, dans une forêt de câbles... un délice qui dure une bonne heure ! Puis nous allons nous doucher etc. En général, nous nous coucherons vers minuit le soir, épuisés. Oui c'est tôt pour un mois d'août, mais pas quand on se lève à 4h30 !

Sur ce, bonne nuit ! À demain page 6.

jour 4            jour 6            Index