Journal d'un voyage de 4 semaines dans le southwest USA

Jeudi 14 août 2008

OFFICIAL SUNRISE TIME : 5h44

Une nuit terriblement courte, moins de 5 heures. De plus, Le réveil est glacial, il doit faire autour de 8 C° ! C'est un peu la course pour arriver à temps au SUNRISE POINT. Il y a déjà pas mal de monde, mais j'ai la chance de trouver la meilleure place pour mon trépied.

Dès que le soleil apparaît, les couleurs de BRYCE explosent !...

Au bout de 20 minutes cela donne ça :

Le soleil est tellement puissant qu'il transperce les parois rocheuses les plus fines.

C'est bien imprégné de ces images, et du soleil qui nous a réchauffé, que nous reprenons le roadbook en main. Direction RED CANYON. C'est à quelques miles seulement.

DIXIE NATIONAL FOREST / RED CANYON (est. 8888)

Nous avons adoré cet endroit. Le Visitor Center est très beau, il est tenu par un vieux couple qui a "adopté" ce parc et s'en occupe depuis plusieurs années. Il ont l'air d'être ici chez eux. L'homme qui nous renseigne à une gueule incroyable, grande barbe blanche et des yeux verts perçants, je regrette de ne pas l'avoir photographié. Ce parc est tout petit, et propose 3 randonnées au milieu d'arbres magnifiques, et de fleurs multicolores. Bien sur la roche est d'un rouge impressionnant. Le long du parcours, il y a des repères qui nous permettent de tout savoir de la flore environnante grâce à la documentation que nous a donné le park ranger.

L'endroit est tout petit, très modeste par rapport aux immenses parcs nationaux, ce qui le rend si charmant. Mais pas de temps à perdre, roadbook please !

Nous avons programmé d'aller voir MOSSY CAVE, dont nous ne savons rien, on verra bien. C'est à quelques miles seulement en revenant sur nos pas. Il y a dans un virage un minuscule parking. Est-ce bien là ? Il semble que oui, un panneau d'information nous le confirme. Il y a promesse d'une cascade, ce serait un bonheur. Mais nous doutons d'en voir une au mois d'août... Pourtant il y a bien une rivière, et pour parfaire le tableau, un petit pont de bois.

//

Il suffit de suivre la rivière...

... qui nous mène jusqu'à cette voûte. C'est très humide, de l'eau dégouline sur la roche, couverte de mousse. C'est MOSSY CAVE !

C'est peut-être stupide mais voir de la mousse bien verte après ces journées de désert de sable, ça fait du bien. Je l'ai même prise en photo. J'assume.

10 minutes de marche à peine et la cascade est en vue. Elle est assez puissante ! Il faut essayer de s'en approcher.

//

On traverse la rivière pour trouver un sentier.

//

Nous y voilà, l'eau est fraîche, et pure... il fait déjà très chaud, inutile de dire qu'on meurt d'envie de s'y plonger.

En surplomb de la cascade, la roche fine comme de la dentelle filtre les rayons du soleil. L'endroit est magnifique, d'une harmonie parfaite.

//

//

Il est temps de reprendre la route.

Nous nous sommes arrêtés à CANNONVILLE. Voici son cimetière, au pied des montagnes. gorgé de soleil, ornée de ces fleurs colorées, je me dis que les morts doivent être bien ici, comme VIRGIL POLLOCK, ce soldat de la seconde guère mondiale...

Mais laissez-moi vous présenter le programme : Nous devons retourner dans le sud de l'UTAH pour demain... Vous verrez.

Pour cela il faut faire une grande boucle qui nous prendrait plusieurs heures. Heureusement une piste 4x4 coupe tout droit à travers un monde lunaire et sauvage : THE COTTONWOOD CANYON ROAD.

And the cherry on the cake, cette piste cache une arche extraordinaire : GROSVENOR ARCH.

GRAND STAIRCASE-ESCALANTE NATIONAL MONUMENT (est. 1996)

Nous nous lançons sur cette piste longue de 40 miles, qui se fait en 3 heures environ. Il est 14 heures, la chaleur est, comme d'habitude incroyable, dans les 42 C°.

Dès les premières minutes, le paysage est indescriptible.

//

Après 30 minutes de piste, nous atteignons GROSVENOR ARCH. Elle est... magistrale (euphémisme). Nous en profitons pour pique-niquer ici car il y a 2 tables pour cela. D'ailleurs, sur l'autre table, il y a un couple de jeunes américains d'une trentaine d'années. Ils sont absolument couverts de boue, de la tête au pied, de leur visage on ne voit plus que leurs yeux. Intrigués je leur demande ce qu'ils ont fait pour se mettre dans un tel état : ils rigolent et avouent s'être amusé à se battre dans un slot canyon très boueux ("muddy"), non loin de là.

Ils ont l'air de bien connaître les lieux, et pour cause : ils habitent ici. J'ai le vertige à imaginer un tel terrain de jeu pour les natifs de cet endroit. Ils nous demandent d'où l'on vient, "Paris ? waow, that must be cool to live there !", j'ai répondu, un peu dépité "Oh well, yes it's cool... it's different, we don't play the same kind of games there...".

Puis ils sont partis, non sans nous avoir proposé l'inévitable photo de nous devant l'arche. Ils étaient si sympas que je n'ai pas eu coeur à refuser ce geste de sympathie, j'ai par contre regretté de ne pas les avoir pris eux en photos, ça en valait la peine, quel idiot je fais.

Mais le plus important c'est cette arche magistrale, qui a quelque chose du gothique flamboyant !

A chaque fois que nous pique-niquons, des animaux viennent nous rendre visite. Le plus souvent ce sont des cheapmunks. Mais aujourd'hui, ce fut cet oiseau bleu, qui est resté avec nous pendant 20 minutes. Le couple d'américains lui a jeté un gros morceau de pain de mie en partant, sa patience fut récompensée !

Puis nous avons repris la piste. Les couleurs, la roche, la végétation changent toutes les 10 minutes, c'est magnifique, tellement sauvage.

Nous sommes arrivés là après 1h30 de piste. Il faut vous imaginer une chaleur de 46 C° à l'ombre, et du vent, brûlant, dans un grand silence. Je suis sorti de la voiture pour marcher un peu, il fait tellement chaud que le sol croustille comme une biscotte. C'est beau, mais... hostile, il faut bien l'avouer. Emilie est dans la voiture, et je peux vous garantir que l'on ne peut tenir que 5 minutes à l'extérieur. C'est impressionnant de beauté, mais ça fait presque peur.

Nous sommes sur la dernière portion du parcours. Là c'est bien simple : nous sommes sur la lune. Il n'y a presque plus aucune végétation, seulement des dunes de terre craquelée. La lumière joue avec les nuages, et leurs ombres glissent sur nous à une vitesse folle, c'est magique.

Nous rejoignons la UT-89. A gauche : PAGE, à droite KANAB. Entre les deux il y a BIG WATER, et juste un peu avant PARIA OUTPOST, c'est un restaurant au bord de la 89, tenu par Steve & Susan Dodson, que j'ai contacté il y a un mois pour réserver. Nous rêvons d'une douche, d'un bon repas chaud et d'un lit. Pourtant quand nous arrivons, le restaurant est désert... Au bout de 20 minutes, une voiture arrive, c'est Steve et Susan. Nous découvrons avec stupeur que le restaurant est fermé et qu'ils n'habitent même pas là ! Nous payons donc pour la seule chambre de l'endroit, ils nous laissent les clés et s'en vont.

Nous nous retrouvons donc seuls, au milieu de nulle part. le ventre et la glaciaire vides. Un peu dur... Nous serons obligés de faire une heure de route aller-retour vers PAGE pour trouver un morceau de pizza. Nous nous effondrons finalement sur le lit vers 23 heures, épuisés.

Il faut reprendre des forces car demain sera un jour inoubliable.

jour 11            jour 13            Index