Journal d'un roadtrip de 10 jours en Ouzbekistan

jeudi 26 août 2010

Nous sommes aujourd'hui à la veille de notre retour en France, mais c'est surtout notre dernier jour avec Soukhrob... Il va falloir en profiter autant que possible, avant notre départ en train à 16h00 vers la capitale Tashkent. Là-bas, Mahmoud nous récupèrera pour notre dernière nuit sous les cieux ouzbèks.

Nous prenons la voiture, direction un important musée à Samarkand, il est situé à l'écart du tumulte de la ville sur une colline où l'on trouva les vestiges des premiers habitants de la région. Nous croisons le monument ci-dessus, vous le reconnaissez peut-être avec ces 2 coupoles caractéristiques, il s'agit de la nécropole des femmes Timurides que nous avons visitée 2 jours auparavant.

Nous arrivons enfin au musée :

Après la visite, nous reprenons la route, sur notre droite nous apercevons la mosquée HAZRET-HYZR.

SAMARKAND.

AMIR TEMUR MAUSOLEUM.

Interior visit.

Nous avons déjà croisé le monument ci-dessus, qui n'est autre que le mausolée du grand AMIR TIMUR, je l'ai photographié de nuit, lors de notre deuxième soirée à Samarkand. Il était grand temps de pénétrer à l'intérieur du Panthéon Ouzbèk (ou plutôt des Invalides, si l'on devait faire une analogie avec Paris).

Nous allons découvrir de véritables trésors, à commencer par la beauté de ces portes sculptées :

Une fois à l'intérieur, je ne peux m'empêcher de tenter de saisir les détails qui attirent mon oeil pour vous en témoigner.

AMIR TIMUR n'est pas seul dans ce mausolée, mais c'est lui qui préside dans ce tombeau noir, au centre.

On observe de multiples formes géométriques, il y a toujours une grande variété de détails, ci-dessus des étoiles, ci-dessous des carrés.

Ci-dessus, les fameuses "stalactites" peintes à la feuille d'or jusque dans les moindres détails.

Quelques photos encore... sans commentaire, juste pour le plaisir des yeux :

Vous allez me dire : nous avons déjà vu cette porte tout à l'heure !

Et bien non, vous vous trompez, l'autre n'avait pas la même forme, vous pouvez vérifier !

Nous quittons à présent le mausolée pour aller déjeuner. Soukhrob nous emmène sur cette promenade, une large rue piétonne, très bien entretenue, et bordée de magasins de luxe : pas de doute, nous sommes sur les Champs-Élysées ouzbèks. Les gens y flânent paisiblement.

Nous irons déjeuner dans une petite cour intérieure, calme et fleurie, on y trouve un restaurant fort agréable, un vrai havre de paix. Nous reprenons ensuite la promenade, passant devant ce policier buvant son thé, direction la fin de ces allées.

Là-bas nous ne trouverons pas d'Arc de triomphe, mais devinez quoi... une mosquée ! Oui une mosquée, mais alors, pas n'importe laquelle, une mosquée absolument gigantesque.

SAMARKAND. BIBI-KHANUM (GIGANTIC !) MOSQUE.

BIBI-KHANUM IS AMIR TEMUR'S WIFE NAME.

Built in 1399.

Ordonnée par AMIR TIMUR lui-même en 1399 à son retour de sa campagne d'Inde, cette mosquée devait être la fierté et le symbole de ses conquêtes. De nombreuses pierres précieuses ramenées d'Inde (par 90 éléphants !) furent utilisées pour sa construction.

Malheureusement, cette mosquée fut trop ambitieuse pour l'époque, trop haute, trop massive, elle tomba en déliquescence, et fut reconstruite à maintes reprises à travers les siècles.

Comme vous pouvez le voir sur l'image ci-dessous, les minarets n'ont pas leur taille d'origine, ils étaient beaucoup plus haut, mais trop fragiles, trop dangereux on les a "limités" à leur premier étage.

Accolé à la mosquée se trouve l'inévitable marché couvert de Samarkand. Et là surprise, un marché un peu trop moderne, manquant de charme et de saveur, d'ailleurs beaucoup moins fréquenté que les précédents de Tashkent et Shakrisabz.

Retour donc sur nos pas le long de cette allée verdoyante...

... et retour à l'hôtel, vous reconnaissez la Lada du voisin ?

J'en profite pour croquer les adorables gamines du patron qui jouent dans la cour, avant de quitter notre hôtel aux vitres bleutées.

Voici Niluna, toujours trés apprêtée avec ces barrettes dans les cheveux. Niluna a 10 ans.

SAMARKAND TRAIN STATION.

TRAIN TRIP TO TASHKENT.

4 hours across the steppes of Central Asia.

Mais voilà le moment que je redoutais un peu, celui de quitter Soukhrob. Il nous a déposé à la gare avec billets de train et recommandations, un peu comme des enfants : )

Inutile de dire que ce fut un pincement au coeur... mais l'essence même des voyages, ce sont bien les départs, il faut accepter les règles du jeu.

Ci-dessus, le hall de la gare. Les quais sont fermés au public, mais j'arrive à aller m'y promener car nous sommes en avance. J'y croise cette locomotive avec les wagons bleus, je le reconnais, c'est le train qui fait le trajet SAMARKAND - BOUKHARA.

Les inscriptions sont en cyrillique, les trains sont très probablement de fabrication russe.

Nous allons faire la ligne la plus prestigieuse du pays, à savoir SAMARKAND - TASHKENT, nous avons donc droit au TGV ouzbèk dont voici la locomotive :

2 hôtesses nous accueillent sur le quai et vérifient nos billets. Elles monteront ensuite à bord pour s'assurer de notre confort.

La Russie et les ex-pays de l'union soviétique ont une approche totalement différente de la notre du voyage en train. Ici, même si le confort est un peu désuet, le voyageur est invité à se sentir à l'aise, tout est parfaitement propre, et dans chaque compartiment l'on trouve une tablette avec napperon blanc, des journaux, une boite de mouchoirs, différentes boissons fraîches. Bien sur il faudra payer quelques sums en fin de voyage pour les extras, mais ces petites attentions sont fort appréciables. En tout cas plus sympa que le wagon-bar que nous connaissons en France.

Nous voici donc partis pour 4 heures de train à travers les steppes d'Asie centrale : un vrai bonheur.

Voici la version locale du combi volkswagen (à gaz) :

Durant le voyage, les hôtesses passent régulièrement nous proposer du thé. Ce stewart est venu nous vendre de délicieux beignets (pour une bouchée de pain, ça va de soi).

Le soleil se couche sur l'Ouzbékistan...

... et nous voici déjà arrivés à Tashkent. Ici comme ailleurs, beaucoup d'enfants qui s'amusent.

TASHKENT CAPITAL. EASTERN UZBEKISTAN.

TASHKENT WILOYAT

Nous retrouvons donc la capitale, son bruit et sa circulation infernale. Fin d'une magnifique journée. Demain sera le jour du départ et nous désirons retourner au marché pour faire quelques achats souvenir. Le rendez-vous est pris avec Mahmoud pour cette dernière aventure avant le retour à Paris.

jour 8            jour 10            Index