Journal d'un roadtrip de 10 jours en Ouzbekistan

vendredi 27 août 2010

TASHKENT. DERNIER JOUR.

Voici le hall de l'hôtel "International" où nous avons dormi, je n'en garde pas un souvenir impérissable, l'accueil y fut beaucoup plus froid et impersonnel que dans les autres villes. Mahmoud nous attend à 9h00 comme prévu, nous chargeons les bagages dans le coffre de sa voiture et partons pour une dernière ballade. Le décollage est prévu à 16h10.

L'objectif comme je vous le disais hier est d'acheter quelques souvenirs avant de partir, Mahmoud nous emmène donc vers un lieu où travaillent des artisans, non loin de cette barre d'immeuble typiquement soviétique. Ci-dessous, le palais des congrés. Partout l'on trouve l'emblème du pays.

Nous voici arrivés chez les artisans. Ceux-ci sculptent de grands panneaux de bois. De nombreuses échoppes sont là, et j'en profite pour acheter un lutrin comme celui que nous avons vu le premier jour du voyage (20 €), et un incroyable plateau en bois sculpté, avec un mécanisme secret qui permet de l'aplatir, parfait pour ma cuisine ! (30 €).

Je me régale du savoir faire des artisans... Tout est fait à la main comme vous pouvez le constater.

A LAST STEP IN CHORSU BAZAAR.

Dernier plongeon dans le marché. Samuel tente l'achat de cartouches de cigarettes de contrebande... sous l'oeil du policier (derrière avec sa casquette). Sans succès, les cigarettes ne le satisfont pas...

... nous essayons donc chez un vendeur qui semble plus officiel... enfin, une vendeuse, d'ailleurs fort jolie.

Vous connaissez bien maintenant cette ambiance, je ne sais plus si je vous avais montré un boucher ? Je vous l'avais dit : pas de réfrigérateur !

Sous les arcades qui font face au marché, on trouve de nombreux artisans qui vendent des outils et toutes sortes d'objets. J'ai la chance d'y trouver ce vieillard magnifique, aveugle, venu se choisir une nouvelle canne. J'étais fasciné à la fois par le spectacle de ses mains se baladant sur les manches pour en comprendre toutes les aspérités, les soupesant pour en mesurer l'équilibre et essayer de trouver la meilleure, enfin, celle qui lui conviendrait le mieux.

Peut-être une de mes plus belles photos de ce voyage...

Il était temps à présent de reprendre la voiture, et voyez ci-dessous cet immense bâtiment, peut-être le Sénat avec ses cigognes sur le toit. C'est celui-ci que le policier m'avait forcé à effacer de ma carte mémoire le premier jour ! La photo est sans intérêt je l'admets, mais je tiens là ma vengeance : )

Un petit tour en ville, et déjà les barres d'immeubles soviétiques apparaissent, direction l'aéroport.

TASHKENT INTERNATIONAL AIRPORT.

7,5 hours trip to Paris.

L'attente fut longue, j'étais donc tenté de faire des photos depuis la baie vitrée, mais un homme fort aimable à côté de moi m'en a dissuadé discrètement, m'affirmant que la police était capable de saisir mon appareil photo... j'ai donc fait ce dernier cliqhé de Tupolev "pour la route" avant de ranger prudemment mon boîtier...

... que je ressortais immédiatement (et discrètement) aussitôt montés à bord.

Nous nous apprêtons enfin à décoller, alors que nous faisons le dernier virage pour mettre l'avion dans l'axe, j'aperçois des ouvriers, des camions, qui sont en train de faire des travaux sur notre piste d'envol !

J'en profite pour saisir des paysages que je n'ai pas l'habitude de voir... même d'un avion.

... ces rivières qui serpentent dans le désert... ces bases étranges isolées en plein désert...

... ces couleurs, ces reliefs...

... ces mines d'or à ciel ouvert, dans l'extrême ouest de l'Ouzbékistan (Soukhrob les avait évoquées en nous parlant des ressources du pays)...

... ces mers de sables et ces lignes droites qui se perdent dans le désert...

... et ce coucher de soleil, enfin, comme point d'orgue multicolore à ce ROADTRIP en Ouzbekistan, Asie centrale.

jour 9            Epilogue            Index